Séance du 2016-04-06

De Wikilipo.

Sommaire

Réunion du 6 avril 2016

Les notes suivantes ont été prises par Cassandre, elles sont reproduites ici avec quelques corrections minimes - grand merci à elle

Le projet Confessions pour makaronic

  • Pierre rappelle la date limite du 10 juin pour envoyer des textes de présentation à Makaronic sur le thème "Confessions".

Les projets

  • Patrizia nous raconte l'histoire de la confession Margot (http://questes.revues.org/2664). Elle souhaite savoir les contraintes réelles de l’appel à projet. Si présentation : 12mn34 maximum. Elle parle d'un mot de son enfant qui a inventé le "rouleau confesseur". Je lui parle du « catalogue d’objets introuvables mais indispensables » de Jacques Carelman.
  • Patrizia raconte une topique, un lieu commun au moyen âge: que la femme a le pouvoir de soutirer les secrets d’un homme. Crainte castration, ensorcellement. Les lamentations de Mateorus, traduit par Jean Lefèvre en français.
  • Alexander souhaite ramener l’idée de la confession à aujourd’hui, par exemple sur les différentes groupes de soutien (alcooliques anonymes, etc); il souhaite donc faire une mise en scène avec quelques chaises, orientées en direction des spectateurs. Un projecteur projette sur les chaises vides le discours d’un "péché". Les chaises s’allument à tour de rôle. Quand toutes les confessions sont passées, les lumières vont être projetées vers le public, pour l’encourager à participer, l’inclure. Ne pas montrer du doigt une personne du public, mais montrer les péchés contemporains, et pousser le public à s’interroger à la fin. Lumière aléatoire? A-t-elle une logique? Les 7 péchés capitaux : mettre 7 chaises? Voire 8 pour inventer un autre péché capital?
  • Cassandre: Olie : confessions sur l’oreiller. Être présente sur l’oreiller quand quelqu’un fait une confession. Quand on s’allonge sur Olie, on entend la confession de la personne précédente. Puis, c’est à chacun le tour de faire sa confession.
  • Ambroise a lu la confession Margot qui est, dit-il, une liste, une suite d’évènements à confesser d'une manière récurrente et infinie. Ça l’a inspiré pour travailler sur le litanique.
  • Alexandra pense à la chaise « cocoon » demi-fermée, balançoire. Retranchée du monde extérieur. Forme d’oreille. On entre dans l’oreille de quelqu’un et on commence à chuchoter quelque chose. Mixer la voix et les battements du cœur. Il s’agit de transformer le message en émotion pure. Proposition Alexander: qu’il s’agisse d’une cabine fermée, que la personne qui parle n’est pas entendue, mais que sa voix soit retransmise déformée.
  • Alexandra souhaite mettre en valeur une émotion qui rend vulnérable. Proposition d'Ambroise : que quand la confession s’arrête, le cœur s’arrête, l’oscillogramme est plat? Ou plutôt que de rentrer dans le fauteuil en forme d'oreille, quelque chose que l’on prend, comme une cornette de téléphone. Patrizia : des pans tombants un peu translucides, qui deviennent plus opaques en fonction du nombre de couches, dans lesquels on peut se perdre. Nacre du coquillage, forme du coquillage. De haut, ça ressemble à une oreille? Surfaces de projections? Sentiment de labyrinthe.
  • Pierre a deux projets en route, deux collaborations :

1/ avec Peter McCarey. D’après ses voyages au Portugal et au Japon. Il a perçu une parenté entre les meubles confessionnaux au Portugal et les machines à sous au Japon. Reprise de son projet « Moucharabieh" pour traitement des photos vers des matières sonores avec MaxMsp que Peter a prises.

2/ sur des sculptures (les êtres-g) et un poème non publié, une confession écrite par un sculpteur dont il a fait la connaissance à Paris - Pierre Rabardel.

prochaine séance

  • le 4 mai 2016 ceux qui portent un projet pour Makaronic, pourraient commencer à rédiger une note d'intention et la présenter à la séance.